L’urbanisation progressive a bouleversé les équilibres économiques, sociaux et écologiques au niveau mondial. D’un côté, les villes puisent dans les ressources naturelles, impactent la biosphère, contribuent fortement au réchauffement climatique et modifient ainsi l’équilibre environnemental de la planète. D’autre part, principaux lieux de vie des hommes, elles posent des problématiques sociales, en termes d’intégration, d’égalité, de santé et de qualité de vie. Trop souvent réduites à leurs dimensions technologiques ou architecturales, les villes de demain ont comme enjeu majeur d’être un lieu de vie durablement agréable pour leurs habitants.

 

  • L’aménagement urbain durable, l’enjeu des villes de demain.

 

L’aménagement urbain durable consiste à intégrer les aspects environnementaux, économiques et sociaux dans les projets de développement des villes. Ceux-ci doivent s’inscrire dans l’organisation même des villes, en tenant compte des caractéristiques du territoire, des infrastructures de transport, des services collectifs, des typologies d’habitats, et des perspectives d’évolution de la population.

 

En France, le Plan Climat Energie Territorial est un programme territorial de développement qui a imposé aux communes de plus de 50 000 habitants d’adopter avant fin 2012 un plan visant deux objectifs : la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l’adaptation de leur territoire au changement climatique.

 

  • Des besoins croissants en énergie

 

Face à l’accroissement des populations urbaines, et par conséquent la densification des logements et des infrastructures collectives (transports, bâtiments publics, équipements collectifs), l’augmentation des commerces et des entreprises, les besoins en énergie et en eau se sont également considérablement accrus conduisant les villes à consommer les ressources naturelles et à produire en retour des déchets et des rejets en masse de gaz à effet de serre.

 

    • La réponse des réseaux de chaleur et réseaux de froid

Un bouquet d’énergies diversifié s’appuyant sur des énergies locales moins carbonées, plus compétitives et sur la complémentarité des sources d’énergies liée à la diversité des besoins, apparait comme une solution réelle et sérieuse en réponse à l’impérative transition énergétique des villes.